écrire une fleur

 

Deux par deux, en tête-à-tête, des mères et des enfants se sont assis sur les tapis volants transformés pour l’occasion en petits jardins portatifs. Ensemble, ils ont étampé les mots qu’ils voulaient offrir à une maman. Chacun est reparti avec sa lettre à offrir comme un bouquet de fleurs.

Un prétexte pour transformer un coin de trottoir en jardin épistolaire, un hommage à toutes les mamans, le 11 mai 2014 dans le Mile End. [Ce projet est né suite à une résidence de création chez Arprim.]

Vous pouvez visionner le projet filmé en cliquant ici et lire l’article de Rima Elkouri ici.

Résultat: De nombreux «Je t’aime» ont été écrits à des mamans dans toutes les langues et plein d’histoires de mamans ont été partagées.

Écrire est une fleur est la septième intervention de L’urgence de se raconter et de se rencontrer; une série d’infiltrations participatives que j’orchestre dans mon quartier depuis Noël 2012.

[Mai 2014 / Fête des mères]

 

A Written Flower

On the sidewalk, a mother and a child… face to face and joined, to write a letter. Each one writes to a mom, theirs, or another. The present slows down, the heart accelerates.
An encounter, a shared experience, a sacred space. Two letters to be offered as flowers, for Mothers Day.

This project was beautifully filmed, you can see it here.

Result: A ton of Love Letters were written to mothers in all languages and children of all ages shared stories of their mothers with total strangers in public space.

A Written Flower is the seventh of a collection of participative experiments I have been orchestrating in my neighbourhood since Christmas 2012.  Each intervention is linked to a traditional holiday and an excuse to reveal a bit of oneself while connecting with neighbours.

[May 2014 / Mothers Day]